Milan Noir (Milvus migrans)

C'est un migrateur... Précoce, il apparaît dès le mois de mars en Limousin, souvent juste un peu avant les premières hirondelles... C'est le précurseur type... Ce rapace se tient le plus souvent aux abords de l'eau et se reproduit près des grandes rivières, des lacs ou des étangs... Il semble assez éclectique quant à son alimentation : je l'ai vu ramasser des poissons morts à la surface de l'eau ou suivre des tracteurs au moment de la fenaison... En fait, il recherche assez clairement les charognes...

Les parades des couples et les émissions sonores qui les accompagnent sont spectaculaires... J'y ai assisté à plusieurs reprises...

Je crois qu'on peut considérer l'espèce en Limousin comme assez bien représentée, même si sa densité n'a rien de comparable avec ce que j'ai pu noter en Provence où les oiseaux sont pléthoriques, notamment aux abords de la Crau et de la Camargue... La décharge d'Entressen ne doit pas être étrangère au phénomène... J'ai vu quelques oiseaux qui passaient l'hiver sur ce site, en compagnie de milans royaux avec lesquels ils partageaient un dortoir installé dans une grande rangée d'arbres, aux limites de la plaine de la Crau...

Les milans noirs sont également très nombreux dans la partie occidentale des Pyrénées, notamment au pays basque, mais quasiment absents à l'est de la même chaîne, côté Roussillon... Etrange répartition...

J'ai observé de très nombreux oiseaux lors d'un séjour en mars en Israël... La migration battait son plein et, pour peu que les conditions fussent favorables, le ciel était rempli de ces rapaces, largement les plus abondants... Il y avait aussi des locaux qui maraudaient sur les zones humides et les cultures... J'ai observé plusieurs individus de type oriental, susceptibles d'être confondus au premier coup d'oeil avec des milans royaux...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site