Pouillot Siffleur (Phylloscopus sibilatrix)

Un visiteur d'été... Je l'ai rencontré uniquement en Limousin, mais il vit ailleurs !... Une précision : je n'ai trouvé cet oiseau que dans des hêtraies âgées ou dans des bois mixtes avec de grand hêtres... Un sous-bois toujours bien net et clair... Je pense pouvoir affirmer qu'en Limousin tout du moins, cette espèce est largement inféodée à cette essence particulière... Il suffit d'ailleurs de toutes petites parcelles pour qu'il s'installe... Il n'est pas commun du fait de sa dilection pour un type de biotope aussi spécifique, mais quand les conditions sont favorables, il peut se révéler relativement abondant...

Le pouillot siffleur se fait aisément reconnaître à son chant très singulier : un trille très long et descendant, ressemblant vaguement, sur un registre nettement plus haut, au son produit par un sifflet à roulette, le tout suivi de quelques petits cris plaintifs... On l'entend une fois et on ne se trompe plus jamais...

C'est un oiseau assez difficile à observer qui se tient souvent haut dans le feuillage, en plein bois... J'ai eu la chance de découvrir un nid, simple tunnel peu profond, au sol et sous les feuilles...

J'en ai déduit que s'il appréciait les futaies de hêtres pour y évoluer, le pouillot siffleur avait tendance à installer son nid de façon oblique par rapport à ses perchoirs, sur des limites plus mixtes et confuses, plus propices à la dissimulation...

J'ai observé - mais rarement - quelques oiseaux tardifs, en fin d'été, mêlés à d'autres pouillots, chassant les insectes dans des rideaux boisés orientés bien ensoleillés, souvent au bord de l'eau...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site